Porte-voix blanc-petit gif

Logo Bandeau 2014

Syn­di­cat du Ministère

de l’Intérieur
S’ENGAGER POUR CHA­CUN
AGIR POUR TOUS
  • SMI CFDT

    Syn­di­cat du Min­istère de l’Intérieur

    Nous con­tac­ter
  • Signez la péti­tion
  • Pro­tec­tion sociale com­plé­men­taire :

    La CFDT Fonc­tions publiques milite pour que tous les agents publics, fonc­tion­naires et con­tractuels, soient cou­verts en santé et en prévoy­ance et que la par­tic­i­pa­tion des employeurs soit au moins équiv­a­lente à celles des employeurs privés

    Ce que veut la CFDT
  • SALAR­IAL 2018

    2018 est une année néga­tive pour le pou­voir d’achat dans la Fonc­tion publique : gel de la valeur du point, rétab­lisse­ment du jour de carence, aug­men­ta­tion de la coti­sa­tion retraite, report du cal­en­drier PPCR, hausse de la CSG avec des modal­ités de com­pen­sa­tion dégres­sives de fait à compter de 2020..

    Nos reven­di­ca­tions
  • CFDT Fonc­tions publiques !

    POURQUOI LUT­TER CON­TRE LES DIS­CRIM­I­NA­TIONS
Par CFDT-​Fonctions publiques

2018 est une année néga­tive pour le pou­voir d’achat dans la Fonc­tion publique : gel de la valeur du point, rétab­lisse­ment du jour de carence, aug­men­ta­tion de la coti­sa­tion retraite, report du cal­en­drier PPCR, hausse de la CSG avec des modal­ités de com­pen­sa­tion dégres­sives de fait à compter de 2020.

La CFDT a dénoncé toutes ces mesures et voté con­tre les décrets d’application.

La CFDT, avec l’ensemble des autres organ­i­sa­tions syn­di­cales (à l’exception de FO qui avait refusé de s’associer au cour­rier com­mun), a obtenu que le rendez-​vous salar­ial 2018 (pour les mesures qui s’appliqueront à compter de 2019) soit avancé au mois de juin (au lieu de l’automne) avant les arbi­trages budgétaires.

Désor­mais, il faut du con­tenu :
il est temps que le tra­vail et l’investissement pro­fes­sion­nel de l’ensemble des agents publics soient recon­nus
!


Les propo­si­tions de la CFDT

Mesures générales

Au cours de ce rendez-​vous salar­ial, la CFDT deman­dera que des mesures générales (aug­men­ta­tion de la valeur du point ; attri­bu­tion uni­forme de points d’indice, sup­pres­sion du jour de carence), béné­fi­ciant à l’ensemble des agents, soient prises.

Elle rap­pellera aussi que les dis­po­si­tions du pro­to­cole PPCR visaient à l’amélioration des déroule­ments de car­rière de tou.te.s et que cer­tains textes ne sont tou­jours pas parus ! Cette reval­ori­sa­tion des grilles se dou­blait d’un engage­ment à mener régulière­ment des négo­ci­a­tions salar­i­ales indis­pens­ables pour main­tenir, et même améliorer sur le long terme, la cohérence des car­rières, entre autres par l’augmentation de la valeur du pont d’indice.

L’égalité pro­fes­sion­nelle

La con­cer­ta­tion, qui doit déboucher sur une négo­ci­a­tion, est engagée entre le Gou­verne­ment et les organ­i­sa­tions syn­di­cales pour l’égalité pro­fes­sion­nelle entre les femmes et les hommes.

Pour la CFDT, l’objectif est clair : arriver à l’égalité réelle le plus rapi­de­ment pos­si­ble, ce qui passe aussi par des engage­ments budgé­taires de la part des employeurs. Dès le rendez-​vous salar­ial du mois de juin, la CFDT exige que le Gou­verne­ment s’engage concrètement :

  • par des mesures sur l’amélioration des grilles de rémunéra­tions des fil­ières fémin­isées qui sont en décalage défa­vor­able par rap­port aux corps et cadres d’emplois tra­di­tion­nelle­ment plus mas­culins ; en met­tant en œuvre des critères objec­tivables sur les com­pé­tences req­ui­ses, cer­tains corps et cadres d’emplois devront être requal­i­fiés (caté­gorie A-​type pour la fil­ière sociale, caté­gorie B pour les aides-​soignantes et aux­il­i­aires de soins,…)
  • par des mesures por­tant sur les déroule­ments de car­rière en amélio­rant notam­ment les ratios de pro­mo­tion pour rat­traper les retards de car­rière des femmes ;
  • par des mesures por­tant sur des rat­tra­pages des écarts con­statés entre les femmes et les hommes sur les mon­tants indem­ni­taires et par le refus du mérite indi­viduel, source d’inéquités con­statées entre les femmes et les hommes.

La pro­tec­tion sociale complémentaire

La CFDT rap­pellera que le Gou­verne­ment a accepté d’ouvrir le chantier de la par­tic­i­pa­tion finan­cière des employeurs à la pro­tec­tion com­plé­men­taire en santé et prévoy­ance pour les agents publics. Le début des dis­cus­sions sera effec­tif dans les prochaines semaines.

La CFDT exig­era des engage­ments dès le prochain rendez-​vous salar­ial de 2019.

La com­pen­sa­tion de la hausse de la CSG

Le dis­posi­tif de com­pen­sa­tion de la hausse de la CSG décidé par le Gou­verne­ment est dégres­sif de fait à compter de 2020. Pour la CFDT, c’est inac­cept­able : les fonc­tion­naires n’ont pas vu leur pou­voir d’achat aug­menter en dépit des annonces et promesses faites par le can­di­dat Emmanuel Macron. Sans revenir sur les dis­po­si­tions qui per­me­t­tent à l’ensemble des agents de béné­ficier de la com­pen­sa­tion, le Gou­verne­ment doit s’engager à ce que le mon­tant de la com­pen­sa­tion soit révisé au moins tous les ans, sinon tous les mois, pour tenir compte des change­ments de sit­u­a­tion individuelle.

La CFDT deman­dera égale­ment une mesure cor­rec­tive pour les agents qui jusqu’à présent ne béné­fi­ci­ait d’aucune prime : la mise en œuvre de l’indemnité com­pen­satrice a pour con­séquence l’apparition de la ligne « trans­fert primes-​points »… qui annule ou amoin­drit le béné­fice de la com­pen­sa­tion. C’est inacceptable !

Les indem­nités diverses

En 2017, Gérald Dar­manin avait pris l’engagement de revoir très rapi­de­ment les indem­nités kilo­métriques et les frais de mis­sion. Engage­ment qu’il n’a pas tenu ! Soit il s’est engagé sans man­dat, ce qui est par­ti­c­ulière­ment grave, soit la parole du Gou­verne­ment ne peut faire l’objet d’aucune confiance.

Aujourd’hui, la CFDT exige des réponses claires sur la reval­ori­sa­tion des frais de mis­sion et frais kilo­métriques pour l’usage du véhicule per­son­nel dans le cadre des missions.

Nous rap­pelons que ces indem­nités ne sont pas les seules dont nous exi­geons la reval­ori­sa­tion : astreintes diverses, tra­vail de nuit… sans oublier le temps de tra­vail sup­plé­men­taire, ce qui implique aussi de reval­oriser l’indemnisation des jours épargnés sur le CET, indem­ni­sa­tion qui n’a jamais été revue depuis 2009 ! Indem­ni­sa­tion dont la CFDT avait déjà dénoncé, il y a dix ans, les mon­tants trop faibles : 65 euros pour la caté­gorie C, 80 euros pour la caté­gorie B et 125 euros pour la caté­gorie A.

Et enfin…

La CFDT demandera :

  • la pub­li­ca­tion des textes néces­saires à la mise en œuvre de la GIPA pour 2018 ;
  • la mise en œuvre de l’indemnité kilo­métrique vélo qui a fait l’objet d’un vote unanime­ment favor­able en avril 2017 et pour laque­lle aucun décret n’est encore paru.

AVEC LA CFDT, JE SUIS MOBILISÉ.E LE #22MAI POUR MON POU­VOIR D’ACHAT