Porte-voix blanc-petit gif

Syn­di­cat du Ministère

de l’Intérieur
S’ENGAGER POUR CHA­CUN
AGIR POUR TOUS


.

La CFDT Fonc­tion publique a écrit à la min­istre pour faire con­naître ses propo­si­tions pour l’ensemble des agents publics’ fonc­tion­naires et con­tractuels en matière salariale.


Madame la Ministre,

Nous avons pris bonne note de votre mes­sage du 18 novem­bre qui con­firme la « revoyure » à laque­lle vous vous étiez engagée, pour tenir compte des impacts de l’inflation sur la grille de rémunéra­tion des agents publics, fonc­tion­naires et contractuels.

La CFDT a appelé l’attention du Gou­verne­ment sur la néces­sité de tenir compte de la hausse du Smic en indice dès jan­vier 2020. Vous avez pris les mesures qui s’imposaient au print­emps 2021.

La CFDT avait porté une pri­or­ité sur les « bas salaires » lors du lance­ment de la con­férence sur les per­spec­tives salar­i­ales, et avait salué pos­i­tive­ment vos annonces sur ce point (relève­ment du min­i­mum de traite­ment, relève­ment de 8 points des pre­miers indices de recrute­ment en caté­gorie C, réduc­tion de la durée de la car­rière et attri­bu­tion d’une boni­fi­ca­tion excep­tion­nelle d’une année d’ancienneté à l’issue des opéra­tions de reclasse­ments tou­jours pour les agents de caté­gorie C).

Pour autant, le taux de l’inflation a amené à une hausse du Smic au 1er octo­bre dernier, et il con­vient d’anticiper ce que seront les con­séquences de l’inflation sur le Smic au 1er jan­vier 2022.

Dès lors, et dans le seul cadre de cette « revoyure » que nous ne con­fon­dons pas avec la con­férence sur les per­spec­tives salar­i­ales sous la con­duite de messieurs Pény et Simon­poli, la CFDT tient à rap­peler ses attentes dans le cadre de l’urgence liée à l’inflation, pour l’ensemble des agents publics, tous statuts et caté­gories con­fon­dues, quel que soit le ver­sant auquel ils sont rattachés :

  • Prise en compte de l’inflation de manière pérenne en indice (et non sous forme d’indemnité dif­féren­tielle) et relève­ment à l’identique du min­i­mum de traite­ment avec appli­ca­tion immé­di­ate pour l’ensemble des agents contractuels.
  • Main­tien d’amplitudes de car­rière val­orisantes (à peine 1,4 aujourd’hui en caté­gorie C), dans des durées accept­a­bles. Quand la durée de car­rière pour par­courir la grille de caté­gorie C a été ramenée à 21 ans, celle de la caté­gorie B est à 31 ans.
  • Main­tien de la recon­nais­sance des niveaux de qual­i­fi­ca­tions exigés lors des recrute­ments (seuls trois points sépar­ent aujourd’hui le pre­mier indice de la caté­gorie C de celui de la caté­gorie B), et val­ori­sa­tion des débuts de car­rière. Pour mémoire, les agents de caté­gorie B sont les seuls à subir une durée de deux années dans le pre­mier échelon.
  • Enfin, et nonob­stant la mise en œuvre d’une « prime infla­tion », la CFDT tient à rap­peler que l’ensemble des agents subis­sent l’inflation et que seule une mesure générale sera de nature à reval­oriser les rémunéra­tions. À ce stade, seule une hausse de la valeur du point est de nature à répon­dre aux con­séquences de l’inflation pour l’ensemble des agents publics.

La CFDT se tient prête à tout échange com­plé­men­taire sur l’ensemble de ses propo­si­tions et des sujets qui fer­ont l’objet des dis­cus­sions annon­cées pour ll 9 décem­bre prochain et portera, vous l’aurez com­pris, une atten­tion par­ti­c­ulière à cha­cune des avancées qui seront faites.

Nous vous pri­ons d’agréer, Madame la Min­istre, l’assurance de notre respectueuse considération.

Paris, le 26 novem­bre 2021

  • Télécharger –» Reven­di­ca­tions salar­i­ales | La CFDT écrit à la min­istre de la fonc­tion publique